Thérapies comportamentales cognitives : contactez un coach spécialisé en ligne

comportamentales cognitives

Publié le : 13 mars 20209 mins de lecture

En générale, les nouvelles approches thérapeutiques comportementales et cognitives ont commencé a gagné le terrain depuis les années 1950 et les années 1960. Mais, malgré les résultats positifs issus et émanant des traitements des névroses, certains troubles se sont montrés plus résistants et plus durs face aux thérapies comportementales de l’époque. C’est Aaron Beck et Albert Ellis qui ont proposé d’autres alternatives en utilisant des concepts plus mentaux et des approches plus mentalistes, comme les émotions ou les croyances. Appuyée par le questionnaire de mesure réalisé par Aaron Beck, à travers le Beck Depression Inventory, l’approche a quand même escompté des résultats convaincants en la matière. Et c’est la méthode thérapeutique initiée par Albert Ellis dans les années 1950 qui a rationalisé la méthode, en traitant la dépression nerveuse et les troubles anxieux à travers le concept de « thérapie cognitive », référencé à la notion de cognition. Cette dernière correspond aux processus mentaux (pensées automatiques, monologues internes, processus de décision et d’imagination, processus émotionnel, etc.) avec lesquels les individus traitent et analysent les informations reçues et émises. La thérapie se focalise notamment et exclusivement sur ces processus mentaux et comportementaux. C’est ce que Aaron Beck appelle « schémas ». Et c’est à travers ces derniers que le thérapeute agit avec ses patients pour effectuer les traitements nécessaires et utiles.

Actuellement, les troubles comportementaux et psychiques augmentent progressivement. Ce cas soutient la nécessité perpétuelle des travaux de coaching réalisés par les comportementalistes. Toutefois, accéder et naviguer sur Internet peut aider les gens à entrer en contact avec ces professionnels, tout en ayant des perspectives plus larges et assez vastes.

Que-ce qu’il faut entendre par « thérapies comportementales cognitives (TCC) » ou « Cognitive Behavioral Therapy (CBT) »

Les thérapies comportementales cognitives (TCC), ou cognitive behavioral therapy (CBT), est un ensemble ou un groupement de traitements des troubles du comportement et psychiatriques. Ces derniers sont surtout caractérisés par les dépressions nerveuses, les troubles du comportement, les addictions, les psychoses et les phobies. L’approche de traitement déployée par ces thérapies est basée sur les connaissances issues de la psychologie scientifique et clinique.

Le côté comportemental de ces thérapies réside dans l’intervention sur le comportement même du patient. Quant au côté cognitif, celui-ci se fonde sur les processus de construction et de représentation comme les croyances et les symbolismes. En fait, la particularité des thérapies comportementales cognitives se base sur des exercices pratiques axés sur des symptômes constatés à travers les comportements même du patient. Le thérapeute intervient ainsi sur les processus mentaux, ou processus cognitifs, pour procéder aux traitements. Fréderic Arminot est un coach comportementaliste qui peut offrir un service de traitement dotée d’une grande qualité avec une fiabilité considérable, dont le prix est abordable et accessible pour toute catégorie de personnes.

Dans le même thème : Se débarrasser du tabac avec les TCC

Pourquoi et comment contacter un coach comportemental spécialisé en ligne ?

Il est possible de retrouver et de contacter un coach comportemental spécialisé sur Internet. Ce procédé facilitera les échanges, réduit le coût de déplacement et allège les charges de transactions nécessaires. Il existe une multitude de coachs qui offrent des accompagnements en ligne, à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ils peuvent aussi vous offrir des services de développement personnel plus adapté.

Toutefois, il faut faire attention aux faux usagers et au faux comportementaliste. Sachez que des escrocs en la matière existent et abondent dans le Web. À cet effet, ne choisissez que les thérapeutes spécialisés, admettant une expertise affirmée et possédant un carnet d’adresses légaux et formel vis-à-vis de l’administration publique. Assurez-vous que le thérapeute soit aussi un diplômé du domaine concerné, soit un psychologue clinique ou un comportementaliste affirmé et pointu.

À lire en complément : Se débarrasser du tabac avec les TCC

Objectifs et principe de l’analyse fonctionnelle déployée dans les thérapies comportementales cognitives

En principe, les thérapies comportementales cognitives aident à mieux comprendre les figures de pensées négatives qui causent et engendrent des comportements inadaptés chez certaines personnes. Ces figures peuvent générer, à titre d’exemple, des troubles de phobies et des troubles d’addictions. À cet effet, durant la thérapie, le coach ou le thérapeute va essayer d’identifier et de comprendre les figures cognitives, tout en consolidant et en renforçant les comportements convenables. De plus, ces thérapies visent également à aider les patients dans l’acquisition des aptitudes et des comportements utiles pour affronter de nouveaux problèmes possibles dans l’avenir.

Pour effectuer le traitement et l’accompagnement, le thérapeute procède à une analyse fonctionnelle qui consiste à l’exploration des sources du problème comportemental, tels l’anxiété, la détresse émotionnelle, le conflit ou le trouble de la phobie. Ainsi, cette analyse identifie les comportements problématiques et propose les instruments ainsi que les stratégies thérapeutiques à adapter pour résorber les problèmes et difficultés constatés. C’est au début de la thérapie que cette analyse doit s’effectuer. Mais elle peut être reprise tout au long de la thérapie si c’est nécessaire ou jugée utile par le coach spécialiste.

Des techniques fondamentales et la démarche de la séance de thérapie comportementale cognitive

Des techniques spécifiques sont dédiées pour chaque trouble. Ces techniques ont été déjà cliniquement évaluées. Ainsi, les exercices cognitifs visent surtout à traiter les pensées inadaptées, tout en apprenant au patient les nouvelles manières de pensées plus convenables et adaptées. Concernant le développement physique et psychologique, il faut faire appel aux exercices corporels. Pour promouvoir l’acceptation de « moi » et l’estime de soi, le recours aux exercices émotionnels est plus recommandé. En fonction de l’évolution du patient, le comportementaliste peut poursuivre, interrompre ou arrêter la séance de thérapie.

En matière de durée, les thérapies comportementales cognitives peuvent durer pendant quelques semaines, voire quelques mois, avec une séance de trente minutes à une heure pour une séance individuelle et jusqu’à deux heures et demie pour les séances en groupe. Mais, si le trouble est beaucoup plus grave, dans ce cas, la séance de thérapie peut être déployée pour une période prolongée et indéfinie.

Les principes thérapeutiques des thérapies comportementales cognitives

Quand il y a des troubles d’anxiété, la thérapie agit à la mise en situation graduée des faits qui génèrent l’anxiété chez le patient. Comme illustration de ce procédé, si quelqu’un a par exemple peur d’araignées, le thérapeute demande au patient de classer des situations dans une échelle standardisée de 0 à 100. Puis, le même thérapeute effectue une exposition progressive du patient à des situations moins anxiogènes. Dans cette situation illustrative, le patient imagine une araignée, puis observer des photos d’araignées tout en apprenant à contrôler et maîtriser les manifestations psychologiques par le biais d’une série d’exercices de relaxation. À cet effet, la thérapie cognitive agit ainsi sur les imaginations du patient touché par la maladie. Ce sont les travaux de Aaron Beck, un thérapeute comportemental cognitif, qui ont complémenté les approches comportementalistes utiles pour remédier les comportements inadaptés.

En principe, la thérapie comportementale n’est pas différente de la thérapie cognitive en termes de méthodologie. Cette dernière admet également d’un aspect d’analyse et d’évaluation statistique. Ce procédé a été repris par plusieurs chercheurs depuis les années 2010, en visant les éventuelles applications de cette méthode dans divers cas. Mais, jusqu’à l’heure actuelle, les preuves d’efficacité sont plus difficiles à acquérir. Pratiquement, certains thérapeutes mélangent les approches cognitives et comportementales afin d’améliorer et augmenter l’efficacité des traitements. D’où le concept de « thérapie cognitivo-comportementale ».

Plan du site